France Pyrénées

Traversée des Pyrénées à vélo en 6 jours 773km / 17053m D+

a traversée des Pyrénées à Vélo.

Début 2019, Camille s’est lancé un défi : la traversée des Pyrénées à Vélo. Premièrement, il faut dire que c’était tout nouveau : un vrai gros challenge réalisé sur 6 jours.

Et puis, cette aventure sportive s’est parfaitement intégrée dans sa préparation pour l’ultra Trail Des Dolomites en Italie : Le Lavadero qui s’est déroulé le samedi 29 juin !

D’abord, il faut noter que c’est la série des grandes premières puisque c’est Camille qui prend la main pour pour vous raconter dans cet article, les récits de son aventure. Ça fait pas mal de première fois !

Pour commencer, mon projet était devenu incertain. Pour rappel, j’ai eu un accident fin mars sur les pistes à Val d’Isère. Résultat, je me suis fait une double fracture du poignet avec opération chirurgicale obligatoire. Du coup, je n’ai pas préparé cette traversée comme je me l’imaginait.

Toutefois, la chance m’a enfin sourie lorsque mon chirurgien et ma kiné m’ont validé le départ.

De ce fait, une semaine après, billet de train pour St Jean de Luz en poche, je pars en dernière minute. Ceci étant  cela m’a permis de m’assurer une météo plutôt favorable.

Pour cette traversée des Pyrénées à Vélo, je me suis fixé un objectif de temps : 

7 jours sur les routes  soit  l’équivalent d’environ 700-800 kilomètres et entre 15 000 mD+ et 18 000 mD+.

Avant le départ de cette traversée des Pyrénées à vélo : 

Être minimaliste et se restreindre ! 

Mon équipement se résume à : 

  • mon vélo acheté l’an passé (mai 2018) chez Decathlon BTWIN Triban 520
  • L’équipement backpacking pour le vélo qui se résume à trois pochettes de la marque Topeak
  • 1 tenue de rechange
  • Une paire de tongue
  • Doudoune Millet
  • Goretex Lafuma
  • Gants
  • Médicaments (arnica-doliprane)
  • Batterie portative
  • Montre SUUNTO
  • Une gourde
  • Barres de céréales énergétiques

Etape 1 : St Jean de Luz > Col de Larreau 119,13km / 7h22 / 3293m D+

C’est le jour J de ma traversée des Pyrénées à Vélo.. 6H30 départ en gare de Bordeaux sous des trombes d’eau. Vers 9H30, j’arrive à St Jean de Luz.

D’ailleurs pour ne pas perdre de temps, je lance le chrono à 9H45 depuis le petit port. Quant à La météo, elle était plutôt mitigée mais sans pluie ! 

Aux premiers coups de pédales un sentiment de bonheur et de liberté m’envahit. A ce sujet, inutile de vous préciser que les premiers kilomètres sont très agréables. J’enchaîne les premiers cols avant de prendre une petite pause dans un restaurant aux alentours de midi. 

En revanche, l’après-midi est moins fun ! Je me trompe de route en m’engageant dans une vallée assez enclavée et c’est à ce moment précis que le revêtement de la route se transforme en gravier, puis en chemin de terre ! 

Pour continuer dans mon erreur, le GPS (google Map Cycle) m’indique un petit chemin de sentier droit dans la pente. A nouveau, j’hésites avant de m’engager en portant le vélo. 

Il est important de noter qu’il y a environ 2km de montée pour franchir le col et rejoindre la route derrière. Autant vous dire qu’après 100 mètres, je suis de plus en plus septique sur mes chances de réussite.

A tel point que je doute de plus en plus jusqu’à m’écorcher les jambes dans les ronces. C’est pas terrible pour commencer cette traversée des Pyrénées à Vélo. Donc, je décide de faire demi-tour.

En réalité, je me suis rallongé d’une bonne dizaines de kilomètres et 500m D+ mais c’était la bonne décision.

Pour rester positif et comme on le dit souvent : « c’est en se trompant qu’on apprend », non ?

Ensuite, je reprends la route tranquillement pour atteindre le dernier col de mon étape : Il s’agit du col d’Iraty ! Il s’avère être un vrai petit calvaire m’obligeant à mettre parfois le pied par terre. 

Mais après plusieurs heures à pédaler, je trouve enfin refuge dans un petit gite d’étape du GR10 à 15euros la nuit ! Qui dit mieux ?

Finalement, j’ai roulé sur 115km avec pas loin de 3400m D+ dans les jambe sur cette première journée.

 

Etape 2 : Col de d’Iraty > Luz St Sauveur 150,44km / 2460m D+ / 7h35

Après une bonne nuit de sommeil et n’ayant pas pour habitude de faire de si grande sortie vélo, je ne savais pas comment j’allais récupérer après cette première journée. Dans l’ensemble, je suis plutôt surpris de ne pas avoir mal aux jambes au réveil. D’ailleurs,  je me sens même en pleine forme. Pour cette deuxième étape, je décide donc de partir à la fraiche aux alentours de 6h30. Et puis, il faut souligner que cette journée débute par un magnifique lever de soleil avec une mer de nuage. Le tout avec 15km de descente.

Plus tard, je décide de temporiser le dénivelé en passant par Bagnères de Luchon afin de me tester sur cette deuxième journée. Le  dénivelé prévu est d’environ 2400m D+ et 150km.

A ce propos, j’ai passé le Col de l’Aubisque dans de bonnes conditions physiques. Je me surprends d’ailleurs de ma récupération de l’étape de la veille.

Et c’est en tout début d’après midi que j’atteins Luz-St-Sauveur. 

Pour tout dire, celle nouvelle étape se termine dans un nouveau gite du centre ville et s’ensuit la douche, le repas et dodo !

vue depuis le col d'iraty

Etape 3 : Luz St Sauveur > Bagnère de Luchon 100,65km / 3011m D+ / 6h00

Une belle étape avec le passage de 3 cols mythiques. Je pars assez sereinement car en effet le 1er col (Col du Tourmalet) ne m’est pas indifférent. Pour tout vous dire, il s’agit de mon unique expérience de vélo en montagne. Un col que j’ai eu l’occasion de réalisé en 2018 après une sortie de 77km 3500m+ avec les copains.

Je pars aux alentours de 6h30. La météo annoncée n’est vraiment pas terrible avec de fortes précipitations annoncées en début d’après-midi jusqu’en fin de journée. Quoi qu’il en soit, mon objectif est d’aller le plus loin possible avant que le pluie ne m’atteigne.

Je suis toujours seul durant toute l’ascension.  En 2h, je ne croise aucun cycliste seulement 1 voiture. Je ne perds pas trop de temps dans la descente pour avaler les 17km bien au chaud dans ma doudoune et ma veste Goretex. Plus tard, j’enchaine avec  le col d’Aspin sans pépin, puis celui du col de Peyresourde.Une fois passée, une odeur sucrée m’attire rapidement.

Le bonheur il s’agit d’une petite cabane proposant des crêpes à 0,50 euros. Donc je faits une petite halte pour avaler quelques crêpes. L’arrêt de trop ? je ne pense pas … Il est 14hOO et des trombes d’eau s’abattent. La température chute brutalement en haut du col et la descente n’est vraiment pas agréable. De sorte, que je termine gelé sur mon vélo, ne sentant plus mes doigts.

Etape 4 : Bagnère de Luchon > Aulus les Bains 111,64km / 2568m D+ / 5h57

Cette journée devait être placée sous le signe d’une météo nuageuse, elle s’est finalement déroulée sous la pluie avec un froid de canard. Autant vous dire que je n’ai pas pleinement profiter de la vue car j’ai gardé la tête dans le guidon presque toute la journée.

Dans ces conditions, j’avais tellement froid dans les descentes que paradoxalement j’attendais la montée avec impatience pour me réchauffer.

Après avoir franchi les cols de Mente, le col de Portet d’Aspet, le col de la Core, je finis par arriver dans le petit village de Seix qui fête la transhumance. Je m’arrête avaler quelques gaufres et un café avant de me remettre en route pour atteindre l’objectif de la journée : Aulus les Bains.

Une fois arrivé sur place, je trouve un petit gite une nouvelle à 15euros la nuit. Je partage la chambre avec un randonneur qui réalise une partie du GR10.

La pluie a laissé place a de timides rayons de soleils, je profite d’une petite bière en terrasse avant d’aller me faire des pâtes et me mettre au lit pour un repos bien mérité.

Etape 5 : Aulus les bains > Querigut 118,10km / 3307m D+ / 7h05

C’est le cinquième jour de ma traversée des Pyrénées à Vélo. Fidèle a mes habitudes, je lève le camp à 6h30 pour attaquer un premier col bien raide sur le début de pente : le Col D’agnes. Mais le spectacle en haut est fabuleux et la météo absolument parfaite.

Pas un nuage et le soleil me réchauffe avant d’atteindre le Port de Lers . S’enchaine les kilomètres pour atteindre l’objectif que je m’étais fixé:  Aix les Thermes. J’ai les jambes, il fait beau, je décide de continuer ma route tout en sachant que je ne pourrais pas atteindre la prochaine ville car elle est trop éloignée. D’ailleurs, les paysages de la région de l’Ariège sont magnifiques et très sauvages. Donc je poursuis ma route.

Vers 15h00, j’amorce la recherche d’un hébergement. Les petits villages traversés n’offrent que peu de choix car tout est fermé.

Nous sommes dimanche et tout est fermé. Finalement, je repère un camping à quelques kilomètres de mon itinéraire. Accueilli par les propriétaires qui vivent dans leurs camping car, ils m’offrent très généreusement l’hospitalité en me proposant une petite caravane pour y installer mon matelas et mon duvet pour la nuit. N’ayant aucun moyen d’acheter de quoi diner,  ils m’offrent une boite de cassoulet , une petite bière et des gâteaux. Je m’installe dans la petite cuisine extérieure après avoir pris une bonne douche et amorce la popote avant d’aller me coucher.

Etape 6 : Querigut > Port de la Selva 173km / 2200m D+ / 8h30

Il me reste environ 140km pour atteindre la mer, ce qui me semble tout a fait atteignable dans la journée mais mon objectif est d’atteindre un petit village en catalogne où je séjourne régulièrement durant l’été en famille. Il  se situe à 35km environ de la frontière, ce qui représente une étape d’environ 170km pour 2400m D+.

Lever 6h00 avec une magnifique lumière qui transperce les pins de la foret de Querigut, j’avale un café et grignote de la brioche avant de me mettre en route.

A vrai dire, je me sens véritablement seul au monde et profite pleinement de la douce lumière du matin pour avaler rapidement les kilomètres.

La chaleur meditéranéene se fait ressentir dans la matinée et un vent sec et chaud ne facilite pas ma progression. Vers 14H00, j’atteinds la frontière. Une rapide pause pour avaler un sandwich et  je reprends la route national.

Effectivement, et comme je le disais plus haut, je suis très familier avec la région que je fréquente depuis ma naissance en famille. Quel bonheur de découvrir cet étendue de bleu en longeant la mer pour atteindre le village de Port de la Selva. A peine arrivé dans le village, je file à la troisième crique pour m’y baigner. L’eau est encore fraiche à cette saison ! En me posant, je réalise seulement ce que je viens d’accomplir : Traversée les Pyrénées à vélo à la force de mes jambes.

J’ai l’étrange sensation d’être partie depuis plusieurs semaines tant l’aventure fut riche et intense. Et pourtant, je relève mon défi en 6 jours soit 1 jour de moins que ce je m’étais imaginé.

sur la route en vélo dans les Pyrénées

Etape 7 : Bonus Port de la Selva > Cerbère 28,06km / 416m D+ / 1h07

Pour terminer, je rentre à la maison en train depuis la gare de Cerbère. Encore une fois, j’en profite pour savourer un chouette itinéraire le long de la mer. 

a traversée des Pyrénées à Vélo.

 

Pour conclure, une traversée des Pyrénées à vélo simplement EXTRAORDINAIRE ! Au delà de mes espérances.  Un seul MOT pour les amateurs de vélo et les autres : FONCEZ !!!

Si vous avez d’autres itinéraires à nous partager, n’hésitez pas.

 

Une aventure réalisée du 12 juin au 18  juin 2019 ! 

Vous aimerez aussi ...

0 commentaire

Répondre

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.