France Hiver Pyrénées

Cauterets : 3 jours d’immersion dans le parc national des Pyrénées

Une randonnée, c’est tout simplement une aventure, que ce soit à l’autre bout du monde ou dans le parc national des Pyrénées ! Pour ce dernier week-end de février, l’appel de la montagne a encore résonné.

Cette fois-ci, direction une région des Pyrénées encore méconnue pour nous. Et pourtant, la surprise a été de taille. Des conditions météorologiques idéales, un dépassement de soi, et des rencontres enrichissantes.

Difficile de décrire avec des simples mots ce que l’on ressent en totale immersion en haute montagne. On va tenter de vous faire vivre cette expérience en randonnée comme nous l’avons vécu, mais surtout telle que nous l’avons ressentie durant les 3 derniers jours du mois de février.

Dans les hauteurs de la petite ville de Cauterets, nos raquettes nous ont porté HAUT très haut !

Une randonnée exigeante, crampons, bâtons et raquettes, voici notre équipement du week-end.

1er jour : du Pont d’Espagne au refuge des Oulettes de Gaube

Avec un départ à 10h00 depuis le pont d’Espagne, nous progressons jusqu’au LAC DE GAUBE. Un lac mythique auquel la glace à cette saison donne cet aspect si lisse et pur.

Je crois bien que la montagne on l’aime blanchie par les couches de neige… On a pris le temps de profiter et d’observer chaque détail des éléments qui nous entourent. Dommage que nous n’ayons pas découvert cet endroit plus tôt…

A 1725 mètres d’altitude, on profite déjà du grand air de la montagne. La perspective est belle : une vue sur une partie du Vignemale.

On s’installe au bord de ce lac qui semble vouloir nous entourer. Pause déjeuner obligatoire avant d’immortaliser ces doux instants sur cette neige éblouissante.

Nous ne perdons cependant pas de vue notre objectif : atteindre le refuge des Oulettes de Gaube (2151 mètres d’altitude) pour y passer la nuit.

Lac de Gaube / Cauterets / Pyrénées

lac de Gaube, Cauterets

Une fois arrivés, on est libérés. On déchausse nos raquettes rapidement pour se sentir plus léger. On n’oublie évidemment pas de lâcher notre sac au sol. Je pense que la DELIVRANCE se lit facilement sur mon visage.

Philippe (le gardien du refuge) nous accueille chaleureusement dans cet endroit cosy. Une première pour nous plutôt habitués au bivouac. Tour du propriétaire et choix du dortoir. On s’installe tranquillement en choisissant celui avec une vue spectaculaire sur le Vignemale. Chaque chose est à sa place, du petit oreiller à la couverture pliée en carré !

Dans la pièce à vivre, on se sent rapidement bien. Nous sommes regroupés en présence des autres randonneurs à skis ou à raquettes tout près du poêle à bois. Une vingtaine de personnes seront présentes au refuge ce soir là. Une vingtaine de personnes heureuses d’une belle journée sportive et ensoleillée.

Ici quand on AIME la montagne on partage ! Que ce soit les repas ou le dortoir, chacun prend plaisir à échanger de ses propres expériences.

On attend tous patiemment l’heure du diner dans cette ambiance conviviale. Dans la pièce à vivre, sont entreposés méticuleusement des jeux de société, des livres inspirants des voyageurs du passé, des posters de montagnes enneigées. Autant d’éléments qui nous permettent d’imaginer les expéditions des voyageurs qui nous ont précédés.

Pendant ce temps-là, une odeur alléchante s’échappe de la cuisine. L’hiver en refuge c’est aussi et surtout l’occasion de manger des plats mijotés.

19H00, tout le monde est rigoureusement installé à sa place indiqué par le post-it du bout de table, avec pour débuter, la surprise d’un apéritif sucré ! Un kir au sirop de sureau et au vin blanc. Un délice ! Tout était bon et copieux. De la soupe de pois cassé au gâteau au chocolat en passant par un hors d’oeuvre de crudités et un boeuf à la tomate !

Pour la petite anecdote, on nous avait conseillé d’apporter un peu de salade pour le gardien du refuge. Ce petit présent « fraîcheur » est fortement apprécié pour varier les plats quotidiens. Difficilement conservable, les produits frais sont un luxe en altitude.

Nous n’étions pas peu fière d’avoir obtenu cette information avant de grimper.

Ce n’est évidemment pas ce soir-là que nous nous coucherons affamés.

Source inépuisable d’imagination et de créativité. Il est 21h00 et il nous suffit de lever les yeux pour admirer cet « autre monde ». On s’habitue rapidement à l’obscurité pour y scruter ces étoiles scintillantes par milliers.

Le Vignemale reflète ces plus beaux aspects, on aperçoit comme des ombres chinoises…

Après avoir sympathisé avec nos voisins de table, j’ai pris conscience de mon erreur de débutante. Il semblerait que les boules Quies soient indispensables. Et comme la vie en refuge rime avec entraide, on m’en a gentiment offert une paire. On apprécie, cette vie en communauté où chacun prend plaisir à rendre service. Alors, MERCI Jacqueline de m’avoir permis de me prélasser toute une nuit en silence dans mon duvet.

Le réveil est bien matinal et après un petit déjeuner copieux, chacun est concentré sur son rangement. Optimiser son sac sans pour autant le rendre intransportable.

2ème jour : Du Refuge des Oulettes de Gaube au Refuge du Wallon en passant par 2 cols

Départ à 8H. Nous ne le savons pas encore mais nous sommes partis pour 9H00 de marche (y compris les pauses). Le Vignemale revêt cet autre costume de jour, il est encore plus spectaculaire lorsqu’on avance dans sa direction avec ces bleus reflets…

Il fait froid. La neige est si dure que nous avons directement mis nos crampons. Nos raquettes basculent sur nos sacs à dos. Le silence de la montagne est interrompu par ces dents métalliques qui s’enfoncent dans cette neige encore glacée.

L’ascension est vraiment difficile avec ses 475 mètres de dénivelé dès notre réveil. Je regarde Camille marcher en zigzags dans cette neige durcie et j’essaie de me projeter en haut du COL DES MULETS (2626 mètres d’altitude).

Le silence règne. Je me concentre sur le son de mes pas dans la neige et sur ma respiration.

Les rayons jaunes du soleil se diffusent sur le sommet du Vignemale, on continue de grimper. Avec le vent, le froid plutôt mordant à l’ombre m’anesthésie le bas du visage. 

Avant que le soleil ne fasse réellement son apparition, les lueurs du jours sur la montagne me laissent imaginer une LUNE sur la roche.

 

La difficulté ne nous décourage pas plus que le poids de nos sacs. Avec Ténacité, on arpente le COL DES MULETS. On s’accroche à la promesse d’un panorama grandiose qui nous attend.

A plus de 2626 mètres d’altitude, il fait très chaud et c’est à ce moment précis qu’il ne faut pas avoir oublié la crème solaire. (Sauf pour Camille, la crème solaire ça COLLE !)

On est heureux de cette petite victoire, heureux de se reconnecter à la montagne qu’on adule tant !

En redescendant, nous sommes seuls. Seuls dans cet espace blanc et dans lequel aucune TRACE n’est encore laissée. Les quantités de neige tombées les semaines passées ont blanchi les sommets. Des accumulations se sont formées, permettant de profiter de la poudreuse.

Nous sommes entourés des montagnes, la vue est d’autant plus spectaculaire ! Il fait si chaud, difficile de penser que nous ne sommes qu’en février.

On est seuls dans la nature.

Le temps semble s’être arrêté alors on s’amuse à faire des échos. L’effet escompté est là : notre voix résonne tout au loin dans la montagne. 

Avec le soleil, la neige s’assouplie. Nous progressons dans cette neige si molle mais cette fois-ci en raquettes. On s’aprête à entamer le second et dernier col de la journée. Le COL DES ARRATILLES est quant à lui à 2619 mètres d’altitude.

Sur le Chemin, un groupe d’espagnols en skis de rando nous rattrape. La prochaine fois, je tente l’intitiation au ski de rando. (la descente est tout de même plus aisée).
Grimper sur ces cols enneigés n’est pas si aisé mais avec une bonne dose de détermination, la récompense de l’effort en valait vraiment la peine.
Dès le passage au COL DES ARRATILLES, le changement de décor s’opère. Une nouvelle perspective nous est offerte sur une multitude de sapins.

Le besoin de faire une pause, de se reconnecter à soi-même, à la vie, est nécessaire. 9H00 de bonheur à admirer ce spectacle qui s’offre à nous. Ce que j’aime le plus c’est l’évasion. On profite alors du silence des grandes étendues blanches, du crissement des patins de nos raquettes sur la neige et de la magie du paysage. 

Au loin, on aperçoit notre refuge niché dans les sapins couleur émeraude de la montagne : Le refuge du Wallon Marcadou. 

Quelques heures plus tard on dépose nos backpacks, dans notre petite chambre cette fois-ci. Nous voilà à jouer à « pierre, feuille, ciseau » pour savoir qui dormira en haut du lit superposé.

Epuisés ce soir-là nous nous sentions comme des conquérants. Nous avons pu atteindre des endroits inaccessibles autrement qu’en marchant.

3 ème jour : Le retour

Cette expérience unique magique nous reconnecte avec la nature !

Dernier jour de ce doux week-end à la montagne et pas question d’en perdre une miette avec un départ en randonnée raquettes à 09h30.

La descente en direction du Pont D’Espagne est bien plus facile. Entre cours d’eau et montagnes escarpées, le paysage est différent. Ce parc est exceptionnel !

La chaîne montagneuse enneigée joue à cache-cache avec les nuages ce jour là, pendant que nous continuons de marcher…

On commence de plus en plus à perdre de vue ces immenses pics enneigés dans le lointain. On est un peu triste car malgrè la fatigue cet éloignememt résonne comme la fin.

Après avoir récupéré notre véhicule au parking du Pont D’Espagne, nous redescendons au village.

Sous de doux rayons du soleil, nous arrivons à Cauterets. Les rues sont calmes. Les vacanciers semblent avoir désertés la ville au profit des pistes. Nous déjeunons en t-shirt et en terrasse dans le village de Cauterets. Comme un lundi printanier. Ce qu’on prefere après avoir déchaussé, c’est prendre du temps pour nous. On étire nos membres meurtris par l’effort avant de se délasser aux termes les bains du rocher. Parfait pour se détendre….

Plus qu’une envie : retourner explorer cet immense parc national pour continuer à ressentir ces émotions difficilement descriptibles.

Cette boucle autour du Lac de Gaube, jusqu’à la Vallée du Marcadou en passant par le col des Mulets et celui des Arratilles est une chance qui nous permet de s’améliorer en apprenant davantage sur la montagne

Explorer, s’évader représente la liberté, que l’on aime partager avec les autres randonneurs rencontrés ou avec vous ici, sur le blog !

Partir à l’aventure dans les montagnes c’est apprécier les choses simples et les éléments qui nous entourent qui nous font sentir vivant !

On vous laisse avec ces paysages féériques qui sentent encore bon l’hiver.

Vous aimerez aussi ...

22 commentaires

  • Répondre
    Léonor
    12 mars 2017 at 10 h 23 min

    Waouh ! 3 jours de folies ! Entre les paysages et l’ambiance des refuges, ça avait juste l’air complètement fou ! Merci pour ce bel article !
    Aller je m’abonne au blog ! Très belle journée à tous les deux !

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mars 2017 at 11 h 01 min

      Contente de te voir ici Léonor. C’était magique, et les conditions météo vraiment exceptionnelles. On a été chanceux. Chaque randonnée est unique, mais on a déjà hâte d’y retourner en été et en Bivouac.
      Bon dimanche à toi

  • Répondre
    Mathilda
    12 mars 2017 at 16 h 06 min

    Coucou, je crois que je n’ai qu’un mot qui me vient: Wahou… Quelle aventure, quelles sensations.. J’aimerais aussi me faire l’ascension de quelques cols d’ici quelques temps, et l’hiver me paraît encore plus magique qu’en été .. Il me reste à motiver mon entourage à me suivre. C’est quelque chose qui me trotte depuis quelques années. Vous avez suivi des parcours rando?
    Sinon ce lac gelé m’a laissée bouche baie aussi … Tant de merveilles dans nos montagnes. Je ne suis jamais allée dans un refuge, j’en garde une image un peu à la « les bronzés » ^^

    Il y a quelques jours encore, j’étais en train de skier dans ces si jolies montagnes, et votre article me rend plus que nostalgique!

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mars 2017 at 22 h 24 min

      Hello Mathilda, je suis vraiment d’accord avec toi c’est encore plus magique en hiver. Sans doute grâce à la magie des flocons ! On y retournera en été pour comparer 🙂 Concernant ta vision du refuge, ça me fait tellement rire… J’ai aussi eu à l’esprit comme référence « Les Bronzés » ! A ma grande surprise, c’était bien différent que dansle film. (excepté les ronflements peut-être !)
      Pour le parcours c’est vraiment en haute montagne, nous avions une carte et des indications des gardiens du refuge. C’est un parcours bien praticable en ski de rando et à pieds l’été. Je pense que tu ne devrais pas avoir trop de mal à convaincre ton entourage …

  • Répondre
    Melanie
    12 mars 2017 at 19 h 03 min

    Olala quelle jolie aventure! Merci de nous emmener avec vous! Comme quoi, parfois, il ne faut pas aller bien loin pour voir des paysages exceptionnels ! 🙂

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mars 2017 at 19 h 34 min

      Hey Mélanie, tu ne crois pas si bien dire… Un dépaysement assuré y compris au refuge des Oulettes de gaule avec les petits drapeaux colorés aux prières tibétaines !
      Sur le chemin, on a eu de longues heures devant nous pour discuter avec Camille. On en est arrivé à la conclusion suivante : la dernière fois que nous avions chaussé des crampons c’était en Alaska. On a pu ressentir des choses aussi intenses durant ces 3 jours que durant cet incroyable road trip il y’a maintenant 3 ans.
      On est rentré plus fort sur nos jambes et ressourcé comme jamais. Si vous avez l’envie de changer un peu de vos Alpes, c’est ici qu’il faut venir 🙂 Belle soirée

  • Répondre
    Stephanie
    13 mars 2017 at 16 h 36 min

    Oh wow mais que c’est beau ! Le ciel de nuit est incroyable !

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      13 mars 2017 at 20 h 54 min

      Merci Stéphanie 🙂 Tellement d’étoiles scintillantes au dessus de nos têtes. C’est encore plus beau en montagne.

  • Répondre
    Justine
    14 mars 2017 at 2 h 37 min

    Hello les voyageurs !

    Je vous écris de Floride qui ne connait pas l’hiver… Les paysages sont splendides et le récit de vos aventures incroyables ! Que la France est belle ! J’essaye également, à travers mon blog de donner aux quelques personnes qui me lisent cette envie de voyager, de se dépasser et de découvrir ce qui nous entoure. Mille fois merci pour tout, belle journée à tous les deux 🙂

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      14 mars 2017 at 21 h 29 min

      Salut Justine,

      Ah génial !!! J’imagine que les saisons bien marquées doivent un peu te manquer. En tout cas c’est ce qui me manquait le plus lorsque nous étions à Bali en 2011. Je suis d’accord avec toi, ELLE EST BELLE LA FRANCE ! On ne se lasse pas des Pyrénées… A chaque nouvelle randonnée, c’est différent. On reste souvent subjugué, comme quoi les voyages les plus lointains ne sont pas forcément les plus beaux !
      Quelle est le nom de ton blog que je découvre la floride ?
      A trés bientôt

      • Répondre
        Justine
        15 mars 2017 at 0 h 19 min

        Coucou,

        Disons que j’y suis seulement pour un an, alors skipper le froid et la grisaille de ma Lorraine natale le temps d’une année c’est plutôt agréable au final 🙂 Mais je serai ravie de retrouver la diversité et les changements de températures, surtout quand je vois les photos d’un hiver aussi réussi que le votre ! Voici mon blog, si tu as besoin d’une cure de palmiers ahah : https://mavieentongs.wordpress.com/

        Encore merci, à bientôt !

        • Unduvetpourdeux
          Répondre
          Unduvetpourdeux
          15 mars 2017 at 22 h 52 min

          ah ah merci beaucoup, j’aime beaucoup l’idée « d’une cure de palmiers » !!! Après avoir bien exploité l’hiver, une petite cure s’imposera 🙂 . Profite bien de cette année magique d’expat ! Et quand tu rentreras en Lorraine, n’oublie pas les Pyrénées dans un petit coin de ta tête.
          Merci à toi pour ces doux mots vitaminés.
          Amanda

  • Répondre
    Sandrine
    14 mars 2017 at 10 h 03 min

    Vous m’épatez !!!!

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      14 mars 2017 at 14 h 22 min

      Hello Sandrine, merci à toi…on apprécie se dépasser et on profite bien des derniers jours de l’hiver meme si tes virées tropicales me donnent envie en ce moment 😉

  • Répondre
    Stefanie
    16 mars 2017 at 21 h 18 min

    Nous avons fait cette boucle avec mon compagnon en décembre 2015.
    Votre récit m’a ramené à cet instant là, m’a redonné les sensations vécues sur cette boucle.
    Merci de m’avoir fait revivre cette superbe randonnée avec votre article.

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      17 mars 2017 at 10 h 57 min

      Oh Génial ! Merci Stéfanie pour ton retour. Vous aviez également dormi dans ces deux refuges ? J’espère que vous aviez eu autant de chance que nous pour le temps. On va sans doute la refaire cet été la boucle 🙂 Si tu as d’autres idées belles rando à nous conseiller, n’hésite pas. Belle journée et bon week-end.

  • Répondre
    Stefanie
    17 mars 2017 at 21 h 25 min

    Oui nous avons également dormi dans ces deux refuges par contre il n’y avait pas de gardien, c’était repas au réchaud pour nous. Heureusement nous avons eu un super temps aussi, vu la difficulté (à mon goût) pour atteindre le premier col depuis le refuge, avec de la pluie je n’imagine même pas…
    Mon compagnon l’a faite en été aussi.
    Il y a une randonnée dans la vallée d’Ossau qui est magnifique à faire, avec au passage une nuit en bivouac face au Pic du Midi d’Ossau.
    Et il y a une rando à faire aussi dans la réserve de Neouvielle. Si vous aimez les lacs… vous serez servi il y en une vingtaine sur le tracer.
    Sur mon Instagram tu pourras y voir quelques clichés de nos randonnées pyrénéennes.

  • Répondre
    barbat
    21 mars 2017 at 9 h 37 min

    bonjour et bravo , vous avez en effet du vivre un grand moment , cauterets est un endroit exceptionnel , j’y ai d’ailleurs un mont de 2800 m et un lac a mon nom , est pour cela que j’aime ce coin , la question reste entière , je vous souhaite d’en profiter pleinement de cette belle montagne tout en restant prudent , bien sûr , bonne escapade les amoureux de la belle montagne pyrénéennes

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      21 mars 2017 at 21 h 35 min

      Bonsoir,

      Merci beaucoup pour ce chaleureux commentaire. Nous avons en effet plus qu’apprécier cette randonnée hivernale.
      Ce parc national est vraiment magique par moment on se serait vraiment cru très très loin de la France.
      Je suis un peu curieuse quel est le nom de ce lac ? Au plaisir de vous relire par ici.
      Et si vous avez d’autres suggestions de belles escapades à Cauterets, n’hésitez pas !
      Belle soirée

  • Répondre
    Escapade dans les hauteurs de Cauterets - Un duvet pour deux
    28 mars 2017 at 21 h 36 min

    […] Cauterets : 3 jours d’immersion dans le parc national des Pyrénées […]

  • Répondre
    Vallée d'Ossau : Profiter des derniers flocons de neige au lac du Montagnon - Un duvet pour deux
    9 avril 2017 at 9 h 52 min

    […] Cauterets : 3 jours d’immersion dans le parc national des Pyrénées […]

  • Répondre
    Le Vignemale : Le sommet immanquable des Pyrénées - Un duvet pour deux
    15 octobre 2017 at 20 h 34 min

    […] Cauterets : 3 jours d’immersion dans le parc national des Pyrénées […]

  • Répondre

    *