Groenland

Face au 66° : les préparatifs avant l’expédition en ski pulka.

Avant de commencer les récits de cette nouvelle aventure sur ces terres polaires en ski pulka, il est important de retracer la genèse de ce nouveau projet, notre itinéraire mais aussi le matériel nécessaire pour le réaliser.

On a tous des envies, des projets et plus naïvement des rêves que l’on souhaite voir se concrétiser un jour. Pour autant il faut s’y préparer.

Grace aux voyages, nous apprenons, nous observons et nourrissons de nouvelles envies comme celle-ci.

Alors, pourquoi le GROENLAND ?

Aussi fou que cela puisse paraitre, après la découverte de l’Alaska, l’Islande et d’autres pays scandinaves, le GROENLAND nous fascinait. Imaginez-vous installé dans votre canapé à zapper les chaines de la télévision jusqu’à s’arrêter sur un reportage à la thématique « grand froid » et « expédition polaire ». On ne peut pas rester insensible au même titre qu’à la lecture des livres d’aventure.

Alors la réponse à la question de la destination est toute trouvée. Le GROENLAND représente à nos yeux un pays encore « SAUVAGE », peu exploré et difficile d’accès.

Une destination confidentielle … C’est sans aucun doute notre moteur et celui de ce blog : un couple, de l’amour et l’aventure !

Et comme toute destination peu explorée, le Groenland se mérite. Ce voyage s’est donc déroulé en plusieurs étapes. Après une escale à Reykjavik pour un point logistique, nous avons regagné le village de KULUSUK (2h de vol) à bord de la compagnie Air Iceland.

Cette aventure a été pensée quelques années an amont par Camille et ce pour plusieurs raisons. La première, celle de se fixer un nouveau défi consistant à parcourir une centaine de kilomètres sur un itinéraire praticable uniquement en hiver et la seconde, et pas des moindres, le souhait de recueillir les témoignages des populations locales sur les conséquences du réchauffement climatique.

Vous l’avez compris ce projet FACE au 66° est un projet d’expédition sportive. C’est en ski de randonnée et en autonomie complète que nous sommes partis du 15 au 25 mars 2018 à la découverte des fjords d’Angmagssalik / Semilik et des populations locales sur le parallèle nord.

Vous pouvez le dire une expédition « givrée » mais préparée.

Avant le départ, notre matériel

On a été confronté à des doutes, des craintes et pire encore des peurs. Pour se rassurer,  il est donc important d’anticiper en prévoyant les bons équipements.

Autonomes à 100% pendant 8 jours en ski pulka, il nous fallait de quoi préparer nos repas mais aussi de quoi dormir et passer la nuit dans la neige au GROENLAND.

Cela fait maintenant quelques années que nous nous équipons pour réaliser nos projets de voyages (randonnées, voile/paddle, trail). Pour ce projet FACE au 66° NORTH, nous avons complété notre matériel par de l’équipement adapté au grand froid. C’était indispensable pour me rassurer et ne pas reculer.

Nous avons donc pu compter sur quelques partenaires de cordée comme Rezin, Millet, Columbia, Pixum et Sea to Summit.

Camille affectionne particulièrement et ceux depuis tout jeune se renseigner sur l’équipement adéquat. Il passe un nombre d’heures assez fou pour comparer le matériel sur plusieurs critères : légèreté, technicité et confort. De mon côté, je rajouterais un peu l’esthétisme du produit (pas utile en rando mais ça fait toujours plaisir de porter une coupe ou une couleur qu’on affectionne).

 Voici nos indispensables qui nous ont accompagné durant ces nombreuses heures dans nos pulkas respectives !


Pour le campement :

  • Tente The North Face 3 saisons
  • Matelas autogonflant Thermarest (très compact, léger et confortable)
  • Sacs de couchage en duvet d’oies Millet conçus pour les températures extrêmes et jumelables (1duvetpour2)
  • Oreillers Sea To Summit (ultra légers et gonflants)
  • Une couverture de survie pour isoler la tente à poser au sol sous nos matelas)
  • Serviette en microfibre Decathlon
  • Lampes frontales PETZL
  • Un réchaud multicombustible MSR
  • Bouteille de Thermos et gourdes Lafuma
  • Couverts légers Sea To Summit
  • Allumettes tempête + briquet + cordelette
  • Une pelle avalanche Ortovox
  • Nos repas lyophilisés MX3 Aventure, des Pompotes, pâtes de fruits et barres de céréales Overstim.s, chocolats, tisanes, thé, café.
  • Brosse à poils durs
  • 10 bougies
  • 2 torchons


Nos vêtements :

L’idée étant de voyager léger, nous avons pris le minimum nécessaire en laissant une tenue propre de rechange pour le retour à la RED HOUSE : notre camp de base à Tasiilaq. Donc vous avez la liste de l’équipement pour une personne  :


Pour l’équipement sportif  et accessoires 

  • 1 sac étanche Millet
  • 1 pulka
  • 1 harnais
  • 1 paire de bâtons
  • 1 paire de chaussures Baffin
  • 1 paire de skis nordiques
  • 1 paire de peau de phoque + 1 paire de rechange
  • 1 paire de fixation ski de rechange
  • 1 système de protection pour les ours à fixer autour de la tente
  • 1 carabine (balle à blanc et vrai balle) loué auprès de Robert le propriétaire de la RED HOUSE (notre  logement avant le départ)
  • kit de réparation
  • Talkie Walkie
  • 1 chargeur solaire
  • Power Tape
  • 1 boussole
  • 1 carte détaillée
  • 1 sac étanche Sea to Summit 35L
  • Des chaufferettes pour mains et pieds


Pour nos photos et vidéos  :

  • Iphone X et Iphone 6S
  • 1 appareil Fujifilm xpro 2  + objectifs + 4 batteries de rechanges (le choix a été difficile de laisser un boitier à la maison)
  • 1 drone mavic pro + 3 batteries de rechange
  • 1 gopro Hero 6 + 3 batteries de rechange
  • 1 steadycam Feyu
  • 1 tripod
  • Cartes Mémoires SD (x5) « 32 G »
  • 2 chargeurs portatifs 6500mAh

Comme vous l’avez compris il s’agit de l’équipement pour 1 personne. Cette liste est globale et non exhaustive. Ça vous permet d’avoir une idée du nécessaire et du volume emporté sur nos pulkas.

Une vingtaine de kilos pour moi et 40 Kg pour Camille. Pourtant et côté garde robe, nous avions prévu le strict nécessaire en considérant que nous n’allions pas nous changer tous les jours, par ce froid.

 

Notre itinéraire

Lorsqu’on prépare un voyage au Groenland : la patience est le maitre mot. Mauvaises conditions météo, avarie technique sur l’avion ou l’hélicoptère, il faut en prendre conscience avant le départ. C’est donc avec un jour  de décalage que nous effectuons le transfert en hélicoptère vers Tasiilaq. Cette ville est le point de départ de notre expédition pour regagner en ski nordique et pulka,  le village de Tinitequilaq. Un parcours rempli d’innombrables souvenirs et de kilomètres.

Le Groenland n’était pas une « simple nouvelle aventure ».  C’est le partage d’une expédition tous les deux, un véritable défi personnel. Et puis en mêlant la pratique du ski nordique en autonomie, nous avons eu cette chance de rencontrer les locaux dans un village plus reculé.

Pour tout vous avouer, il est moins facile de démarrer son premier voyage au Groenland en commençant par l’est. Il nous aura fallut un peu de temps pour décoder leur fonctionnement. Mais malgré les doutes, les craintes et la fatigue, on peut le dire « QUELLE BELLE AVENTURE ».

La carte ci-dessous met en avant le Fjord dans lequel nous étions. Nous avons rejoint le village de Tinitequilaq en 48h à l’aller comme au retour.

Cet article sur la genèse du projet mais également sur notre équipement répondra je l’espère à vos nombreuses questions sur cette expédition remplie d’émotions.

Un total de plus de 100 kilomètres parcourus en ski nordique et pulka avec 4000 m D+ sur 8 jours.

Malgré les difficultés, l’accueil au Groenland a été particulièrement chaleureux. Les sourires, la gestuelle et les invitations que nous avons reçues parlent d’elles-mêmes.

On garde un peu de mystère pour la suite de nos aventures. Alors, partants ?

15 commentaires

  • Répondre
    Lolli
    10 mai 2018 at 14 h 53 min

    Je suis comme une gosse surexcitée en lisant cet article ! J’adore cette idée d’expédition dans cette terre encore sauvage. Vous êtes vraiment courageux, j’ai hâte de lire la suite de vos aventures !!!

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      10 mai 2018 at 16 h 05 min

      Oh merci beaucoup à toi pour cet engouement et ta fidélité dans nos aventures. Avec le recul c’est vrai que c’était courageux et l’une de mes grandes craintes étaient de rencontrer fortuitement un ours blanc. Je vais commencer à en dévoiler un peu plus sur instagram les prochains jours.
      A trés vite

  • Répondre
    Marine
    10 mai 2018 at 19 h 08 min

    Ca a l’air très chouette ! Mais 100km… Pourquoi une si courte distance ?

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mai 2018 at 13 h 57 min

      Ah ah une belle aventure en effet. Je suis bien d’accord beaucoup trop court (ah ah) heureusement on a coupé le parcours une fois avant de regagner Tinitequilaq
      A trés vite pour la suite !

  • Répondre
    Violaine
    11 mai 2018 at 8 h 35 min

    Oh la la, mais ça donne tellement envie de découvrir la suite de votre expédition ! Autant les photos, le récit que les témoignages que vous avez recueillis. Je suis curieuse ! Quelle aventure ! Bravo à vous deux !

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mai 2018 at 13 h 55 min

      Merci beaucoup beaucoup Violaine pour le soutien. On essaie du mieux qu’ont peut de partager ces moments uniques presqu’irréel. Un morceau du monde dont on ignore tellement et pourtant si fabuleux.

  • Répondre
    Chris
    11 mai 2018 at 20 h 27 min

    Et bien, pour un 1er projet « engagé », je suis impressionné de voir la qualité de vos préparatifs. Je suppose que vous avez eu des conseils de gens qui avaient déjà fait ce genre d’expé?? Comment avez-vous trouvé la navigation?? Difficile, stressante? Aviez-vous un back-up type carte au cas ou le GPS était hors service. Je suis suis vraiment impressionné par cette expé, vous avez mis la barre haute et c’est réussi 🙂
    Bravo et à quand une autre du genre.
    Amitiés de Belgique.
    Chris

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      8 juillet 2018 at 12 h 06 min

      Chris,

      Encore Merci pour ce retour et surtout venant de toi.

      Pour la preparation Camille s’est beaucoup renseigné et notamment auprès de l’un de ses contact en Islande (à l’endroit où nous avons pris le matériel : ski-pulka- peau de phoque). Concernant la navigation, c’est quasiment la seule trace entre les deux villages. Des motos neiges font l’aller -retour et puis quelques sorties de voyageurs et locaux en traineau à chiens. On ne passe pas tous au même endroit précisément mais il y a une direction. Ce fjord est assez sauvage, il n’y avait rien entre ces deux villages.
      Et l’été, les lacs étant dégelés, le village de Tinitequilaaq n’est joignable qu’en bateau ou toujours en hélicoptère. Mars était donc l’idéal pour regagner le village en ski nordique.

      On peut le dire ce fut une véritable aventure, les conditions météo n’étaient pas favorables : brume, pluie, neige. Pas évident pour nous de suivre les traces des motos neige passé la veille ou le jour même.
      On a gardé le moral et avancé à la seule lecture de la carte papier (à l’ancienne). Autant te dire que je me suis reposée sur Camille. Même si j’aperçevais les reliefs, pas évident de le visionner sur place dans ces immenses étendues blanches. Je n’y voyait pas vraiment clair. …
      La prochaine fois , on louera un téléphone satellite. Chose que nous n’avons pas pu faire « un dimanche »auprès de la RED HOUSE.

      Encore merci du soutien.
      Tes messages ici et sur instagram sont si bienveillants. Il me manque parfois les mots pour te remercier de toutes ces bonnes ondes que ce soit en expéditions, en trail, ou tout simplement au quotidien.

      Bel été à toi et on espère à trés vite en France ou en Belgique.

  • Répondre
    Amélie
    12 mai 2018 at 9 h 10 min

    Trop hâte de lire la suite 🙂

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      12 mai 2018 at 13 h 52 min

      MERCI BEAUCOUP pour le soutien 🙂 et moi de la raconter cette suite !

      • Unduvetpourdeux
        Répondre
        Unduvetpourdeux
        8 juillet 2018 at 12 h 05 min

        Chris,

        Encore Merci pour ce retour et surtout venant de toi.

        Pour la preparation Camille s’est beaucoup renseigné et notamment auprès de l’un de ses contact en Islande (à l’endroit où nous avons pris le matériel : ski-pulka- peau de phoque). Concernant la navigation, c’est quasiment la seule trace entre les deux villages. Des motos neiges font l’aller -retour et puis quelques sorties de voyageurs et locaux en traineau à chiens. On ne passe pas tous au même endroit précisément mais il y a une direction. Ce fjord est assez sauvage, il n’y avait rien entre ces deux villages.
        Et l’été, les lacs étant dégelés, le village de Tinitequilaaq n’est joignable qu’en bateau ou toujours en hélicoptère. Mars était donc l’idéal pour regagner le village en ski nordique.

        On peut le dire ce fut une véritable aventure, les conditions météo n’étaient pas favorables : brume, pluie, neige. Pas évident pour nous de suivre les traces des motos neige passé la veille ou le jour même.
        On a gardé le moral et avancé à la seule lecture de la carte papier (à l’ancienne). Autant te dire que je me suis reposée sur Camille. Même si j’aperçevais les reliefs, pas évident de le visionner sur place dans ces immenses étendues blanches. Je n’y voyait pas vraiment clair. …
        La prochaine fois , on louera un téléphone satellite. Chose que nous n’avons pas pu faire « un dimanche »auprès de la RED HOUSE.

        Encore merci du soutien.
        Tes messages ici et sur instagram sont si bienveillants. Il me manque parfois les mots pour te remercier de toutes ces bonnes ondes que ce soit en expéditions, en trail, ou tout simplement au quotidien.

        Bel été à toi et on espère à trés vite en France ou en Belgique.

  • Répondre
    Romain
    6 juin 2018 at 14 h 29 min

    Super article ! J’ai trop hâte de découvrir la suite ☺

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      8 juillet 2018 at 11 h 41 min

      Merci Beaucoup Romain pour ton retour.

      En théorie la suite arrive prochainement 🙂

  • Répondre
    Yolaine
    14 juin 2018 at 20 h 00 min

    Quelle aventure de folie ! Ça donne envie de se lancer à son tour et de découvrir des endroits incroyablement beau comme le Groenland. En tout cas bravo et vivement la suite !

    • Unduvetpourdeux
      Répondre
      Unduvetpourdeux
      8 juillet 2018 at 11 h 39 min

      Merci Violaine,

      Au moment où je te réponds, je regarde la petite storie de toi en train de pagayer sur un magnifique lac au Canada.
      Comme tu le dit si bien  » une aventure de folie » mais quelle aventure. Heureusement j’ai confiance en Camille 🙂
      J’espère finir d’ici une quinzaine pour la suite.
      Encore Merci à toi et bel été !

    Répondre

    *